Une consultation ostéopathique dure environ 1h et comporte plusieurs temps:

Les étapes de la consultation

  • L’anamnèse ou l’interrogatoire : lors de ce premier temps, l’ostéopathe s’intéresse au motif de consultation, aux antécédents chirurgicaux, médicaux et traumatiques ainsi qu’aux sphères composant le corps du patient. Il effectue un diagnostic différentiel pour réorienter le patient chez un médecin si la pathologie présentée par le patient n’est pas de son ressort.
  • Les tests : dans un deuxième temps, l’ostéopathe effectue une observation du patient en phases statique et dynamique pour déceler de possibles déséquilibres puis effectue des tests afin d’établir un diagnostic ostéopathique lui permettant de définir un schéma lésionnel.
  • Le traitement : enfin pour traiter  le patient, le praticien aura recourt à différentes techniques qui seront les mieux adaptées à la plainte du patient. Elles pourront être dites structurelles, fonctionnelles, viscérales ou crâniennes.

Techniques ostéopathiques

  • Les techniques structurelles: on les appelle communément les trusts ou vulgairement le cracking. Elles ont pour but une action directe sur l’articulation en lésion : le mouvement imposé par la force reste dans les limites physiologiques du mouvement de l’articulation.

  • Les techniques d’énergie musculaires: ce sont des techniques appliquées sur les muscles  qui permettent également de libérer un blocage articulaire . L’ostéopathe va agir sur le fonctionnement du muscle et « rééduquer » les messages nerveux qui le contrôlent. Ainsi le muscle réintègre sa fonction. Cette approche demande la coopération du patient qui va solliciter le muscle travaillé.

 

  • Les techniques ostéopathiques générales (TOG) : applicables aussi bien sur les muscles et les articulations du corps, elles visent à redonner une mobilité en recherchant un rythme et une meilleure amplitude.

 

  • Les techniques sur les fascias: un fascia est une membrane qui entoure un organe ou un muscle et qui peut accueillir le système artériel, lymphatique ou nerveux. Tout le corps est tapissé de fascias : La particularité du fascia est son rôle de mise en relation de tous les éléments anatomiques les uns avec les autres. La technique fasciale est une mobilisation lente, entrecoupée de pauses qui peuvent être  plus ou moins longues. On ne peut jamais savoir combien de temps durera la technique: de quelques minutes à plusieurs séances (notamment dans le cas d’adhérences cicatricielles ou de gros traumatismes plus ou moins récents).

 

  • Les techniques crâniennes ou sur l’axe crânio-sacré: elles mettent en avant un lien de continuité entre le sacrum et le crâne par le biais des méninges et principalement par la couche la plus externe et la plus résistante à savoir la dure-mère. De ce fait, un déséquilibre crânien et ou une chute sur les fesses pourront se traduire par un mal de dos. Ces techniques cranio-sacrées permettent ainsi d’agir sur les structures ligamentaires et musculaires de la mâchoire , sur les connexions neurologiques en rapport avec le fonctionnement des viscères de l’abdomen, ou encore sur les tensions craniennes et déformations présentes chez certains nourrissons.

 

Ostéopathie crânienne                   

 

  • Les techniques viscérales: les viscères sont regroupés en plusieurs systèmes:

-L’appareil cardio-respiratoire qui se trouve dans le thorax,
-Le système digestif qui transite depuis la bouche jusqu’au pelvis,
-Le système uro-génital de l’abdomen et du bassin,
-Le système glandulaire (foie, pancréas, thyroïde,…)  nécessaire à la digestion et aux balances hormonales.

L’ostéopathe va intervenir sur les viscères en dysfonction qui créent des douleurs locales ou à distances en utilisant des techniques sur la mobilité et la motilité des organes.

Ces technique se font en utilisant la respiration qui mobilise l’ensemble des structures internes du corps, grâce aux ligaments et autres fasciae qui maintiennent ces organes et viscères et grâce à l’équilibration des muscles et articulations environnants.